Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Publié le par sacraal
Publié dans : #Vaccination
  En février 1871, avec 98% de sa population âgée entre 2 et 50 ans vaccinés contre la variole, l’Angleterre connut l’épidémie de variole la plus grave jamais vue, avec 45.000 morts. En Allemagne, au cours de la même période, avec un taux de vaccination de 96%, il y eut plus de 125.000 morts dus à la variole. (Les Documents de Hadwen)

      En Allemagne, la vaccination de masse obligatoire contre la diphtérie commença en 1940 et en 1945 les cas de diphtérie augmentèrent de 40.000 à 250.000. (Don't Get Stuck, Hannah Allen)


      En 1960, aux États-Unis, deux virologistes découvrirent que les deux vaccins contre la polio étaient contaminés par le virus SV40, à l’origine de cancer chez l’animal ainsi que de modifications dans les cultures cellulaires de tissus humains. Des millions d'enfants avaient reçu une injection de ces vaccins. (Med Jnl d'Australie, 17/3/1973, p555)


      En 1967, après la vaccination de 96% de sa population, le Ghana fut déclaré débarrassé de la rougeole par l'Organisation mondiale de la santé. En 1972, le Ghana connut l'une de ses pires épidémies de rougeole avec le plus haut taux de mortalité. (Dr H Albônico, MMR Vaccine Campaign in Switzerland, mars 1990)


      Au Royaume-Uni, entre 1970 et 1990, plus de 200.000 cas de coqueluche se déclarèrent chez des enfants complètement vaccinés. (Community Disease Surveillance Centre, UK)


      Dans les années 70, une campagne de vaccin contre la tuberculose en Inde impliquant 260.000 personnes, montra que les vaccinés furent plus touchés par la tuberculose que les non vaccinés. (The Lancet, 12/1/80, p73)


      En 1977, le Dr Jonas Salk, qui mit au point le premier vaccin antipoliomyélitique, attesta avec d'autres scientifiques que la vaccination de masse contre la poliomyélite fut la cause de la plupart des cas de poliomyélite à travers les USA depuis 1961. (Sciences, 4/4/77, "Abstracts")


      En 1978, un sondage dans 30 États des États-Unis révéla que plus de la moitié des enfants qui contractèrent la rougeole étaient convenablement vaccinés. (The People's Doctor, Dr R. Mendelsohn)


      En 1979, la Suède abandonna le vaccin contre la coqueluche à cause de son inefficacité. Sur les 5140 cas survenus en 1978, on avait été découvert que 84% avaient été vaccinés trois fois ! (BMJ 283:696697, 1981)


      La question de février 1981 du Journal of the American Medical Association révéla que 90% des obstétriciens et 66% des pédiatres refusaient le vaccin contre la rubéole.


      Aux USA, le coût d'une seule piqûre de DCT (vaccin contre la diphtérie, coqueluche et tétanos), passa de 11 cents en 1982 à 11,40 dollars en 1987. Les fabricants du vaccin mettaient de côté 8 dollars par piqûre pour couvrir les frais juridiques et les dommages-intérêts qu'ils payaient aux parents des enfants décédés ou dont le cerveau était endommagé après la vaccination. (The Vine, n°7, janvier 1994, Nambour, Qld)


      En Oman, entre 1988 et 1989, une épidémie de poliomyélite survint parmi des milliers d'enfants pleinement vaccinés. La région ayant le niveau d’attaque le plus élevé était celle de la plus grande couverture vaccinale. La région avec le plus faible taux d'attaque était celle de la plus faible couverture vaccinale. (The Lancet, 21/9/91)


      En 1990, un sondage britannique impliquant 598 médecins révéla que plus de 50% d'entre eux refusaient le vaccin contre l'hépatite B malgré leur appartenance au groupe à haut risque instamment conseillé de se faire vacciner. (British Med Jnl, 27/1/1990)


      En 1990, le Journal of the American Medical Association publia un article sur la rougeole déclarant : « Bien que plus de 95% des enfants d'âge scolaire aux États-Unis soient vaccinés contre la rougeole, de grandes épidémies de rougeole se produisent toujours dans les écoles, et la plupart des cas dans ce cadre surviennent chez des enfants déjà vaccinés. » (JAMA, 21/11/90)


      Aux États-Unis, de juillet 1990 à novembre 1993, la US Food and Drug Administration dénombra au total 54.072 réactions indésirables après une vaccination. La FDA avoua que ce nombre ne représentait que 10% de la réalité totale, car la plupart des médecins refusaient de déclarer les préjudices vaccinaux. En d'autres termes, les effets indésirables à cette période dépassèrent le demi-million ! (National Vaccine Information Centre, 2 mars 2 1994)


      Dans le numéro de juillet du New England Journal of Medicine, une étude révéla que plus de 80% des enfants de moins de 5 ans qui avait attrapé la coqueluche avaient été complètement vaccinés.


      Le 2 novembre 2000, l’Association of American Physicians and Surgeons (AAPS) annonça que ses membres avaient voté lors de leur 57ème réunion annuelle à St Louis pour adopter une résolution appelant à mettre fin aux vaccins infantiles obligatoire. La résolution fut adoptée sans un seule voix contre. (Rapport de Michael Devitt)

Commenter cet article